Quelle journée !

Finalement hier soir après les cours je suis passée chez Serge récupérer sa poule. Je lui avais apporté un carton et je suis repartie avec sa poule, un peu comme une voleuse : il fallait faire vite et espérer ne pas se faire arrêter par les gendarmes avec le couvre-feu. J’imagine la tête du gendarme quand il vérifie mon attestation et qu’il lit que mes cours finissent à 21h30 et il est maintenant 23h. Et que faites-vous entre 21h30 et 23h ? Et bien je suis allée chercher une poule parce que  vous comprenez elle était toute seule elle a besoin de copines…. »

J’ai déjà rencontré la gendarmerie 3 fois depuis le début des cours. La 2eme fois quand ils m’ont fait signe de m’arrêter en plein rond-point en face de la préfecture à Caussade j’ai éclaté mon pneu avant droit avec le trottoir. Pas de bol !

Je suis donc rentrée hier soir en évitant la traversée de Montauban en plein centre et en contournant Caussade. Geoff était prêt avec une lampe frontale et la poule a été déposée dans le pondoir et dans le noir avec les 4 petites arrivées ce matin. Celles-là je les ai aimées tout de suite : elles étaient si petites et si jolies ! Elles étaient un peu surprises mais pas effrayées. Dès qu’elles ont vu les graines et l’eau elles se sont mises à l’aise et ont exploré le pondoir dans tous ses recoins, sans se soucier de moi qui les observait. De temps en temps elles venaient me regarder de très près avec un œil seulement et la tête penchée semblant me dire : Tu es encore là toi ?

La porte du pondoir est restée ouverte toute la journée mais elles ne sont pas sorties. Je les entendais bavarder quand je descendais les voir de temps en temps, elles étaient tout simplement bien ensemble sans besoin de s’aventurer dehors. De temps en temps l’une d’entre-elles sortait son bec et réfléchissait très sérieusement à cette possibilité là (photo ci-dessus) et puis, non, elles n’étaient pas prêtes. Pourtant la journée était magnifique avec du soleil à gogo.

Ce matin quand j’ai ouvert la porte intérieure qui me donne accès au pondoir pour récupérer les œufs et nettoyer, tout était calme avec la nouvelle venue et je me suis dit « Chouette ! ça marche ! » Mais toujours pas envie de sortir ? Alors vers midi, je les ai poussées un peu et hop ! J’avais enlevé les graines la veille et pensé que la faim les aurait fait descendre dans l’enclos…mais non. Elles attendaient quoi ? Je ne sais pas. Ah non ! Allez les filles, maintenant il faut sortir !

Une fois au sol, et la surprise passée, alors l’exploration très méticuleuse de l’enclos a commencé tout comme le pondoir la veille. Quand elles ont découvert le bac à sable, elles ont tellement aimé qu’elles y ont passé la moitié de la journée. Elles se faisaient du toilettage les unes aux autres, surtout avec les plumes de l’arriére-train impossible à faire soi-même….Et ça durait, durait…et puis on allait se faire quelques graines, histoire de sortir un peu du bac et puis vite on y retournait pour recommencer à se faire belles.

Et puis très vite il est apparu que la poule de Serge n’était pas très sympa du tout. Elle agressait les autres en les piquant, ou en les attrapant par les plumes du cou ce qui les obligeaient à baisser la tête en criant.

Alors deux choses ici : Ou elle établit sa hiérarchie et tout cela est normal, ou elle est simplement méchante et acariâtre, depuis le temps qu’elle vit seule….

On les a observées à tour de rôle avec Geoff toute la journée pour essayer de se faire une opinion. Je suis décue : j’avais tellement envie de lui donner des copines à cette dame poule mais je dois le reconnaitre, ce qui se passe ne me plait pas du tout. Les  petites sont tellement mignonnes entre-elles et celle-là est en train de foutre sa merde !

Et ce soir, au coucher du soleil elles n’étaient toujours pas rentrées au logis. Il était clair qu’elles ne savaient pas qu’elles étaient sensées y rentrer alors Je les ai aidées et une par une je les ai déposées dans leur pondoir et fermé leur porte mais j’ai laissé la poule de Serge dehors. L’idée que les petites allaient se retrouver confinées à l’intérieur avec une Folcoche nous était insupportable. Si elles doivent se trouver une chef, il faudra qu’elles se la choisissent entre elles quatre…

La poule de Serge repartira demain. Quelle journée ! Ah oui, j’allais oublier: en passant la main dans un nid du pondoir cet apres-midi, comme ça , juste pour verifier, on ne sait jamais…il y avait un tout petit oeuf……

2 réflexions sur “Quelle journée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s