Jamais sans mes ânes

On y trouve St Cirq Lapopie vers le sud et Rocamadour vers le Nord. Plusieurs vallées le traversent dont celles de la Dordogne du Célé et du Lot. Le chemin de St Jacques de Compostelle passe ici le long du Lot pour un premier itinéraire, et le long du Célé pour un 2ème.

https://www.google.fr/maps/@44.5271086,1.6500091,9z

C’est une région avec un patrimoine riche en Histoire , des grottes préhistoriques fabuleuses et des phosphatières surprenantes. Mais pour moi c’est avant tout ces paysages de forêts maigres sur cette roche blanche à fleur de sol que j’aime avec le long des routes entre les villages, ces murs de pierres sèches qui s’abandonnent  mais qui sont encore bavards de ce temps d’avant.

L’été dernier j’ai donc décidé que pour mes 60 ans je partirai à pied avec Bichette et Bijou. J’ai préparé un itinéraire en boucle de 10 jours avec entre 12 et 18 km par jour sur les GRs avec un champ, un centre équestre, un gîte ou un camping pour nous acceuillir tous les soirs. J’ai choisi de monter jusqu’à Cabreret , de longer le Célé jusqu’à Brengues, puis de redescendre par Cajarc et Limogne. J’ai partagé ce projet avec mes étudiants, mes amis et ma famille et invité ceux qui le désiraient à m’accompagner. Je n’aurais pas pu faire cela sans Geoff qui assurait l’intendance à la ferme ainsi que mes repas et puis bien plus encore après mon départ. J’ai pris quelques notes tous les soirs et en rentrant j’ai longtemps travaillé sur ce compte-rendu, pour trouver une écriture qui soit vraie, qui soit moi. Je pense avoir réussi. Merci à tous ceux qui m’ont aidée avec l’orthographe ( je n’ai pas de logiciel français avec les corrections automatiques et mon français n’est plus ce qu’il était)

Lundi 5 juin – 12kms   Balthazard Puylaroque/Bach

https://www.google.fr/maps/@44.3177075,1.6204834,11z

8h. je vais nourrir les animaux pour que les ânes partent repus. Je rassemble devant la porte de la grange tout ce dont je vais avoir besoin pendant mes 10 jours de marche y compris les piquets et cordes de  clôture….J’ai pesé chaque paquet, chaque objet, chaque sac et j’ai calculé le poids pour chaque âne et je dispose tout cela à égalité de chaque côté du bât et de la selle que j’ai mis sur des traiteaux contre le mur de la maison. J’ai tout reffléchi depuis Novembre dernier, je ne laisse rien au hasard. Hier après-midi j’ai monté un abris pour les ânes avec une bâche, c’est pas mal et ça  pesera peu.

9h. je vais chercher les ânes. On dirait qu’ils ont compris qu’on partait, ils sont excités. Je charge Bijou qui portera moins que Bichette qui elle est plus robuste. Tina va chercher notre déjeuner et les bouteilles d’eau. Nous avons fais le Pérou et l’Amazonie ensemble et nous avons mis toutes les 2  le Tshirt de l’organisme avec lequel nous étions parties, “ The National Deaf Children Society”. Le mien est maintenant diforme, taché et troué mais je n’arive pas à m’en séparer. On se sent  des pionnières. Je voulais partir à 10h et il est 11h quand nous partons.  Au portail la selle de Bijou glisse sur elle même et je dois recommencer à charger….on repart. Geoff prend des photos.

On quite le chemin  vers Le Boutiq. Un autre arrêt est nécessaire 500m plus loin, les baggages ont encore bougé sur le dos des ânes. On resserre les sangles et on repart. Un km plus loin, on passe devant chez Maurice à Gardemont, Bichette sursaute et tout son bardat se casse la figure. Les chevaux derrière la haie lui ont fait peur. Cette fois je me rend à l’évidence,  on n’ira pas plus loin comme ça.  On décharge les ânes à l’ombre d’un frêne, on appelle Geoff qui va venir tout chercher et qui fera le transit entre chaque étape. Il me l’a proposé au portail de la maison déja mais je voulais essayer….j’en ai tant revé. Dans quelques jours Jean Pierre des Cadichons me dira que mes ânes sont encore trop jeunes pour porter autant. On recharge Bichette avec seulement son bât et ce que nous avons besoin pour la journée. Bon! On a de la route à faire et on a déjà perdu pas mal de temps.

14h. Juste après Belmont St Foi, on trouve une petite clairière bien ombragée sur le GR de Pays de Midi Quercy, et on prend 1/4h pour déjeuner. Les ânes ont droit à quelques cerises. Ils aiment! On repart.

15h. Un vombrissement énorme nous indiquent l’arrivée d’un groupe de quads qui dévale le GR. Je panique parce que les ânes ont horreur de tout ce qui ressemble à un bruit de taon. On a juste le temps de les prendre par leur licol et de les garrer dans un chemin de traverse et moi de faire des grands signes pour que les motards coupent leur moteur. Ils le font instantanement, merci,  et descendent vers nous en silence. On se rencontre, partage notre projet, ils prennent des photos de Bijou et Bichette qui maintenant renifflent leur quads et qui nous suivent gentiment derrière quand on repart finalement. Les motards vont rester très longtemps à nous regarder monter le sentier et quand je me retourne tout en haut, ils sont toujours là à nous regarder…Tina aurait aimé échanger les ânes contre un quad pour un instant…Pour ses 50 ans ses amis lui avaient offert une leçon de conduite d’un 30 tonnes…On longe le camp militaire dans les sous-bois frais, tout va bien.

16h30 On traverse Vaylats, joli petit village bien entretenu, le monastère est beau, Bijou est sage avec Tina.

18h. Nous arrivons à Bach. Le dernier tronçon de route à travers champ a été chaud, nous sommes soulagées d’être arrivées.  Notre champ pour ce soir, parallèle au gite a une clôture très haute sur un côté et une haie dense sur un 2eme côté. Je monterai  ma tente et celle des ânes ici dans ce coin pendant que Geoff et Tina iront dîner au gite. Je leur ai demandé de me ramener mon diner dans mon champ  quand ils auront fini le leur. Les ânes sont tranquiles, ils ont un espace immense pour brouter et ils en proffitent. Ils ne s’éloignent jamais très loin. Je finirai la clôture en dernier avant d’aller me coucher et je les ferai rentrer. Au gite ils refusent que je mange dans le champ. Geoff et Tina ne réussiront pas à les convaincre que je me dois de rester avec mes ânes. Je ne les ai jamais mis dans ce nouvel enclos et ils seraient capables de sauter par dessus pour me rejoindre s’ils me voyaient partir…. je ne prends pas ce risque. Je ne veux pas les attacher non plus sans rester à côté d’eux. Ils n’y sont pas habitués et ce serait une source de stress pour eux comme pour moi. Tina est furieuse avec ce couple et veut rentrer à Balthazard mais Geoff est déja installé devant son dîner. J’ai réussi à faire entendre à Tina que pour moi qui sais jeûner pendant une semaine, ne pas manger ce soir n’est pas terrible du tout. C’est la vérité. Quand j’ai rencontré le propriétaire du gite en novembre dernier il m’avait offert son champ gratuitement. Il était charmant.Prendre nos repas chez lui était notre façon de le remercier pour sa gentillesse. L’homme qu’il est ce soir à Bach n’est plus le même devant sa femme et il demandera 10€ à Geoff pour mon camping en plus des deux repas pris.

Tina rentre à Balthazard ce soir avec Geoff comme prévu après la seule journée qu’elle aura partagée avec moi. Sa  hanche et genou droits ne lui permettront pas de marcher plus mais elle sera essentielle pour aider Geoff tous les jours avec la logistique des transports du matériel et des repas. Merci Tina!

Je me retrouve seule et décide de mettre toutes mes affaires et le bât dans ma petite tente et toute habillée en gardant même mes chaussures et mon béret sur les oreilles je rentre dans mon duvet et dors en pointillé sous la bache des ânes, avec le bruit  des machoires qui vont travailler toute la nuit. Quand les machoires s’arrêtent, j’ouvre un oeil et mes deux amis sont couchés l’un à côté de l’autre devant moi. Une nuit froide pleine d’étoiles et une grosse lune, Je m’emerveille.

Mardi 6 juin – 17 kms – Bach/Lieu dit “Letou”- St Cirq Lapopie  

  https://www.google.fr/maps/place/Letou,+46330+Saint-Cirq-Lapopie/@44.4101589,1.6508322,11z/data=!4m5!3m4!1s0x12acf74ed1b93743:0x6267810a070b5162!8m2!3d44.4569597!4d1.6621027

6h. Il pleut. Je met mes bottes et mon impermeable et je range mon espace pour que les ânes puissent venir s’habriter. Après tout j’ai conçu  cette bache pour eux qui n’aiment pas la pluie.  Bijou hésite quand je l’invite à se mettre à l’abri et puis il accepte. Bichette protègera seulement sa tête. Quand je sors pour plier la clôture elle rentre aux côtés de Bijou sous la bache. L’enclos est assez petit et il y a de la merde partout. C’est incroyable la quantité de crottin  que mes ânes ont produit cette nuit!  Il me faut négocier où mettre les pieds à chaque pas.

8h30. Le soleil apparait. Youpiiii!

9h20. Geoff et Tina sont là pour récupérer le matériel . Il s’est remis à pleuvoir mais je suis équipée pour la pluie, pas de soucis.

10h30 . Je suis en route pour Létou, 2 kms avant St Cirq Lapopie. Je suis légère et confiante. Aujourd’hui c’est Bijou qui est bâté et que je garde en longe quand il le faut. Bichette est libre et elle marche derrière nous gentiment. Elle est mignone. Il ne pleut plus.

11h30. Rencontre avec Martine et Michelle. Une vient de l’Est, l’autre des Landes. Michelle va m’aider à traverser Concots avec Bichette en longe. Elle aura tellement de plaisir avec Bichette! Les villages sont difficiles pour les ânes qui ont peur de tout, les passages cloutés, les trottoirs, les regards d’égout, la circulation….On prend patience chaque fois qu’ils s’arrètent, qu’ils hésitent. On fait des détours et puis on repart avec beaucoup d’encouragement. Une belle journée avec ses deux amies, beaucoup de partage. Toutes deux avec des enfants maintenant grands et un divorce derrière. Du rire.

13h. On s’arrète  pour déjeuner après quoi les ânes me suivent dans un fourré. Quand avec ma petite pioche je fais un trou pour y déposer une énorme crotte digne du bon fonctionement de mes intestins, oh! la, la ! ils prennent tous les deux la fuite mais très vite ils reviennent et à leur tour, déposent leur crotin près de mon trou….Je n’irai jamais faire pipi sur les sentiers pendant mes 10 jours: Incroyablement je transpirerai toute l’eau bue. Les anes  dorment maintenant debout immobiles près de nous le temps pour nous de finir notre pose.

15h30. On se sépare. On se dit quelle belle rencontre, on se remercie. Les filles continuent sur St Cirq Lapopie . Je quite le GR, Je bifurque direction Létou. J’ai repris Bijou en longe sur la petite communale et Bichette folâtre derrière. Bijou est jaloux et fait des siennes. Je le gronde. Il râle. Une belle route entre les pins, il fait bon.

16h30. Nous arrivons chez Marianne qui nous acceuille chaleureusement. C’est une femme franche  et généreuse. Je lâche les ânes dans le pré qu’elle m’indique. Tout est vallonné ici, c’est si joli. Un hammeau avec trois maisons en pierre bien entretenues et fleuries avec goût,  dont la petite de Marianne qui vit là avec sa belle-mère. Les voisins n’ont pas l’air d’être là.  Je ne vois pas un endroit plat nulle part dans ce champ où monter les tentes, ou peut-être tout à fait en bas à l’orée du bosquet et à l’abri du vent qui se lève. Marianne va chercher de l’eau pour les ânes et je me pose sous un gros chêne. Je suis fatiguée. Je vais m’allonger sur mon imper et attendre Geoff.

18.30. Geoff et Tina sont là et nous dînons de l’autre côté de la route en face du champ. Marianne et sa belle mère travaillent dans leur jardin 100m plus bas. Un beau jardin plein de légumes. C’est une belle soirée.

19.30. Geoff a les brebis à nourrir. Ils rentrent. On se téléphonnera plus tard pour que que j’ai  la météo de demain. Je monte les tentes et fait une clôture de 10m entre deux champs. Les ânes ont 3 hectares pour cette nuit.

21.30. je suis dans mon duvet, les ânes broutent dans la lumière du soir, je suis bien à part que merde il n’y a pas de réseau dans mon trou!!! Je me lève, met mes bottes et remonte le champ pour appeler Geoff. Il est dans le jardin me dit Tina, je le rapellerai demain matin avant de partir.

Mercredi 7 juin – 17kms –  Létou / Cabrerets 

https://www.google.fr/maps/@44.4957708,1.7025375,12z

https://www.google.fr/maps/place/FERME+EQUESTRE+DU+PECH+MERLE/@44.5064781,1.65365,14.79z/data=!4m5!3m4!1s0x12acf1ac49dfb3b3:0x2fca82e5c174586e!8m2!3d44.507562!4d1.633583

6h. je me lève avec la rosée. Les bottes sont bien pratiques pour ces premières heures de rangement. Ne pas partir avec les pieds mouillés c’est vraiment le top. Je remonte tout mon bardat en haut du champ et le dépose à l’intérieur de la clôture près de la barrière où Geoff passera le prendre cet après midi.

7h30. Mariane arrive avec un café chaud et une brioche. Quel gentillesse! On bavarde. Elle a aimé sa vie de bergère. Une vie rude mais vraie. Avec la retraite elle n’a plus de brebis et elle a transformé ses granges très joliment en gites. Geoff lui laissera une bonne bouteille sur le pas de sa porte quand il viendra récupérer mes affaires.

8h. Nous partons pour St Cirq Lapopie. Plus de bât pour les ânes, je porte dans mon sac à dos le minimum pour aujourd’hui, de l’eau mon déjeuner mon imper et mon petit outil de jardinage dans un sac en plastique pour creuser mon trou ici et là et le reboucher, nature oblige. J’ai aussi les petites lingettes que Tina m’a apportées hier et qui sont un minimum quand on ne peut pas se laver tous les jours, ce qui est mon cas. J’ai décidé de me débarrasser du bât pour pouvoir tenir les ânes de chaque coté de moi sans difficultés quand nous allons passer sur des routes étroites à forte circulation.

En descendant sur St Cirq, le GR est étroit, rocheux et très pentu. Pas de soucis pour les ânes qui descendent derrière moi. On rencontre des grands groupes qui remontent et qui se collent à la paroi ou au buis pour nous laisser passer, photos, questions, sourires.

10h. le GR veut nous faire traverser St Cirq. Les ânes refusent. J’accepte leur refus . Nous allons donc  remonter le village par la route puis prendre par le chemin qui longe la crête au dessus de St Cirq et qui arrive aux parkings du haut surplombant cette belle vallée du Lot. Ce village me disait Mariane a connu un tsunami après qu’il ait été déclaré le village préféré des français en 2012. 850 mels le lendemain  sur la boite de la mairie, un cauchemard. Aucune structure pour nourir et abreuver ces touristes tous les jours 7j/7. Beaucoup de villageois on vidé les lieux, salut, maintenant plus que 46 habitants l’hivers et 400 l’été qui vendent tout et n’importe quoi.

Arrivés en haut du village il me faut retrouver  le GR 46  qui est nulle part. J’attache les ânes à un poteau et vais voir et demander. Personne ne sait. Beaucoup de touristes mais pas l’information que je cherche. Je tourne en rond.  Finallement je décide de redescendre vers le Lot par un chemin de randonnée local en espérant qu’il me fera retomber sur le GR. Ca marche et nous longeons maintenant le Lot. Un chemin large, agréable, ombragé. Beaucoup de promeneurs de toutes nationalités. Quelques chiens. Juste avant le chemin de halage je déjeune. Le Lot ici est une large rivière, puissante et grise qui fascine les ânes.

12h. Nous  commençons la marche sur le chemin de halage qui est creusé dans la roche et qui fait plusieurs centaines de metres. Impressionant. Des flaques partout et des rochers glissants, les ânes ne sont pas sûrs d’eux. Devant chaque flaque c’est un petit drame pour la dépasser. Beaucoup de gens nous croisent, on discute, on s’extasie, on prend des photos, on donne son avis. Et puis il y a cette flaque plus grande que les autres devant laquelle nous allons passer deux heures.

J’ai mis Bijou en longe pour ne pas qu’il décide de repartir en arrière. Bichette est derrière  lui. J’essaye tout: la patience, la gentillesse, puis je les gronde…rien n’y fait. Une dame avec son chien vient à ma rescousse. Les ânes aiment les chiens. Elle lui met le toutou sous  le nez et Bijou avance d’un pas pour le flairer. Il ne fera pas un second pas. Merde. je suis dans la merde. L’endroit est beau à vous couper le souffle. Le Lot roule ses eaux grises à grande vitesse, impassible. Un bateau de plaisance remonte le courant, les passagers nous photographient. Je  leur fait des signes, pour qu’ils me prennent les ânes sur leur bateau, ah! ah!…ils me disent non bien sûr.

Le jeune mec de l’écluse vient à ma rencontre quand quelqu’un qui nous a croisé lui a décrit ma situation. Il appelle un copain qui a des cheveaux et qui pourait m’aider. Le mec est celui  chez qui je vais ce soir, il lui dit qu’il ne connais rien aux ânes mais lui donne le numéro d’un autre mec. Je l’appelle, pas de réponse, je laisse un message….il est Jean Pierre des Cadichons que je rencontrerai dans deux jours.

Le temps passe, la dame avec son toutou est toujours là. Elle ne veut pas me laisser toute seule. Elle me propose de me donner son numéro de portable. Son numéro? Pour quoi faire? On rit. Je la remercie et elle s’en va à contre coeur. Finalement j’ai une intuition. La seule chose que je n’aie pas encore essayée: Je lâche Bijou et je dis aux ânes que moi je vais continuer mon chemin. S’ils veulent me suivre ce serait bien. Je me retourne et je pars. A peine partie, ils sautent la flaque et trottent derrière moi. Pourquoi n’y ai je pas pensé avant? Ils n’ont pas plus envie d’être séparés de moi que moi d’eux.

Au bout du chemin de halage quelques personnes applaudissent. Celles qui nous ont croisées et revenues sur leurs pas pour voir comment la situation des flaques allait finir. Pour la dernière flaque les ânes se sont de nouveaux arretés, Je suis d’un côté de la flaque, ils sont de l’autre et je les encourage à traverser mais ils hésitent avec l’eau qui ruisselle des parois…un homme avec son velo s’arrête et me demande de prendre une photo de lui avec les ânes. J’ai envie de l’envoyer paître, mais je garde mon calme, je lui explique les difficultés rencontrées depuis plusieurs heures, je lui demande de passer son chemin. Il comprend et il parle doucement à Bichette: allez petite, cette dame t’attend alors vas y! Et hop! Bichette saute la flaque suivie de Bijou. Du coup je lui fais sa photo en le remerciant et il s’en va content….on continue.

14h30. Nous traversons ensuite un chemin avec un beau parc, des pelouses, un restaurant, un café, des plates-bandes bien propres et une avenue avec du gravier….toujours le long du Lot. Des  gens assis sur des bancs prennent le soleil. Je suis devant, les ânes marchent derrière, regardant tout, observant tout. Photos de notre trio. Pas le temps de s’arrêter. Il faut marcher si l’on veut arriver avant la nuit à Cabrerets. Nous sommes à Bouzies. Nous avons un pont à traverser , puis 800 mètres sur la D662 avec beaucoup de circulation, des véhicules qui vont vite, et puis on prendra à gauche retrouver le GR qui monte sur Cabrerets.

15h. Nous sommes devant le pont et les ânes ne veulent pas avancer. Les ponts ne sont pas les amis des ânes et celui là n’est pas une exception. Il y  a maintenant 4 ou 5 voitures derrière nous qui attendent que les anes se décident. Derrière nous le jeune homme de la camionette descend de sa voiture et vient vers nous. Vous êtes pressé? Je lui demande. Non pas du tout, j’ai tout mon temps. Il sourit, tranquille, veut m’aider. Alors rendez moi un service svp. Allez demander aux chauffeurs des voitures derrière la votre de bien vouloir descendre de leur vehicule et de traverser le pont à pied ensemble et les ânes suivront. Et c’est exactement ce que nous faisons. La scène est biblique, inoubliable. Le jeune homme nous filme avec son portable. Nous allons être sur tous les facebooks, les ânes les plus photographiés du sud-ouest…

Arrivés à la D662 je met les ânes en longe, fait un grand signe de remerciement à tous et nous filons  vers le tunnel, bien les ânes! Ils gèrent leur peur, on longe la route et hop! On traverse et on monte, on monte, on monte. Un sentier vraiment  raide. Je marche doucement comme pour le Machu-Pichu, en pesant chaque pas, en respirant profondement, il fait très chaud, je transpire, on s’arrête, on boit et on continue. La montée sur Cabreret sera longue et chaude avec ces chênes centenaires, maigres et sans offrande d’ombre . On marche les uns derrière les autres une bonne paire d’heures en silence. Les ânes, ces machines à bouffer,  ne mangent plus, ils montent.

Au sommet il y a deux dames, on dirait un Monet, qui papottent dans un champ de coquelicots. Je leur demande si elles connaissent le chemin pour aller au centre équestre du Pech Merle. Elles rient, heureuses de me dire que ce chemin sur la gauche est un racourci, elle m’expliquent comment y acceder et je me retrouve sur un chemin très dégagé et lumineux plein de lavande sauvage. La vue est magnifique, Je suis heureuse je prend même une photo des ânes avec mon portable.

18h30. Nous arrivons au centre équestre. Les ânes ont aperçu quelques chevaux à l’entrée et ils se saluent sans trop d’émoi. Puis tous les 3 on s’arrête dans la cour où plusieurs personnes bavardent, étonnées de voir les ânes sans longe, puis une jeune femme me dit venez je vais vous montrer votre enclos. J’appelle les ânes qui se remettent en marche derrière moi. L’enclos est grand et ombragé avec de très gros chênes au beau milieu, et des grands buis ici et là. C’est frais, c’est parfait. Je pose mon sac contre le 1er chêne et m’assois par terre. Je vais attendre Geoff et Tina ici, super. Mais merde il y a trop de mouches. Et d’ou tu sors toi? Un petit chaton vient de sauter sur mon ventre et ronronne de plaisir….les ânes sont partis explorer l’endroit. Pascal n’est pas encore là, il rentrera plus tard. Je l’appelle sur son portable quand Bijou passe sous la clôture électrique qui n’est pas branchée pour aller brouter quelques mètres plus loin.

19h30. La clôture est enfin branchée et Bijou découvre l’électricité. Il est furieux. Il va se planter au milieu du champ et raler.

20h Geoff et Tina arrivent avec le matériel et le diner. Bijou et Bichette refusent qu’il s’approche d’eux. Geoff en est malheureux. Le diner n’est pas un moment de plaisir partagé. Je laisse Geoff et je vais payer pour ma nuit pour partir tôt demain. Tina a besoin d’aller aux toilettes. Les gens prennent leur aperitif, Pascal envoie Tina aller pisser dans la nature, salaud. J’ai besoin de lui, je ne dit rien. Je paye mes 8€ et il me montre un autre chemin pour demain qui sera moins dur pour moi. Au lieu de monter par le GR qui est très difficile au dessus de Cabrerêt et de redescendre par la rive droite du Célé pour rejoindre “les Cadichons” en traversant le Célé à la hauteur de Sauliac, il veut me faire passer par la rive gauche, en prenant une piste équestre juste après Cabrerêts. Très beau me dit-il.

22h. je suis dans mon duvet.

Jeudi 8 juin – 7kms-  Centre équestre du Pech Merle ,Cabrerets /les Cadichons Bouygues    

https://www.google.fr/maps/place/Les+Bouygues,+46330+Sauliac-sur-C%C3%A9l%C3%A9/@44.5089756,1.6800592,13z/data=!4m5!3m4!1s0x12acfa8aee8bef35:0x4c2e78158857f939!8m2!3d44.5019935!4d1.6937116

6h. Je suis debout. Les ânes  ont compris et ils attendent. Quand je m’approche de Bichette elle tremble de partout. Merde, elle est malade? Je décide de tout ranger et puis j’aviserai. Peut-être attendre que le monde du centre équestre se reveille et prendre conseil. Eventuellement appeler leur vétérinaire. Pauvre Bichette. Hier j’ai découvert qu’elle avait une grosseur à l’intérieur de la cuisse arrière droite, une sorte de gros champignon à côté de ses deux tétons….Qu’est ce que c’est que ce truc??? j’ai demandé à Geoff de m’apporter la boite d’argile vert dans ma salle de bain mais la seule eau que j’ai ce matin est celle de leur seau et elle est glacée. Je préfère attendre ce soir pour lui faire une crème.

7h. Le soleil se lève, je suis prête. Bichette ne tremble plus. La nuit a été humide et froide, nous sommes tous les trois heureux de foutre le camp. J’enlève le courant j’ouvre la barrière et on se casse, sans longe, chacun à son pas. A cette heure-ci personne. On quite le centre équestre par l’entrée principale et devant nous qui sommes sur une crête, c’est un paysage extraordinaire qui se donne à nous de l’autre côté de la vallée: des étages de brume et de forêts, les uns sur les autres comme des livres sur une étagère, et qui brillent avec le levant. C’est majestueux, éphémère, émouvant. On s’arrête tous les trois. Est-ce une coincidence ou les ânes sont- ils en train d’apprécier comme moi ce qui est devant nous? On en prends plein les yeux et on repart. Un peu plus bas on traverse le parking de l’entrée des grotes du Pech Merle ou le GR descend à pic directement sur Cabreret. 20 minutes dures m’ont dit le couple qu’on vient de croiser. Bichette refuse de descendre, et moi-même je n’en ai pas envie non plus. Pas de soucis Bichette, on prend la route qui descend en lacet doucement vers Cabreret dans soleil du matin. Je suis devant, les ânes 50 mètres plus haut. On rencontre la camionette des produits congelés qui monte ré-aprovisionner les congélateurs et frigos du restaurant/bar du musée. Ils nous saluent, sympa. Les ânes font sourire tous ceux que nous rencontrons.

Au Carrefour en bas je les met en longe et nous rentrons dans Cabrerêts. Un vieil homme assis sur un banc nous regarde passer c’est bien, c’est bien il  murmure. Je lui souris. Il répond par une grimace édentée. Un peu plus loin je demande à un passant le chemin de l’église. Pascal a dit, passez derrière l’église. L’homme traverse la rue, j’attache les ânes à un lampadaire  et nous regardons ma carte, il me met sur le bon chemin et on repart.

Un petit pont en pierre à traverser et un énorme camion de gaz qui recule dessus. Qui passera en premier? L’homme est en retard, n’est pas interessé par les ânes, bougonne, nous reculons. Il passe dans la poussière et le bruit, les ânes tremblent mais je les tiens bien. Une dame est sortie de sa maison pour nous indiquer le chemin. C’est celle du tableau de Monet qui m’avait indiqué le racourci hier après midi. Elle est toute joyeuse de nous retrouver. Elle est allée regarder sur internet et nous dit c’est par là, c’est goudronné pendant un moment et puis ce sera de la castine. Merci, merci beaucoup, on se sourit et on s’en va.

10 minutes plus loin je retrouve le mec qui m’avait indiqué le chemin dans le village. Il s’arrête à mon niveau, il me dit que je ne suis pas sur la bonne piste mais que celui-ci va où je vais aujourd’hui. Il continue sa route il a du fauchage à faire. Je le retrouverai un peu plus loin à un carefour, je pars à gauche quand j’aurais tout aussi bien pu partir à droite, je n’ai pas trouvé ce croisement  sur ma carte. L’homme est encore là pour me dire que j’ai pris la bonne route. Je ne le verrai plus. Il était mon ange gardien. L’un d’eux.

La route monte sur la colline, tout est dégagé et on voit très loin, c’est beau, sauvage, et nous marchons bien. Nous ne ferons pas de rencontre aujourd’hui n’étant pas sur un GR. Un troupeau de tauraux dans un champ vont faire peur aux ânes en courant avec eux le long de leur clôture. Ils sont magnifiques avec des cornes énormes lancées vers le ciel. Pas une âme dans ce paysage aride et poussiéreux. On marche. Nous sommes dans la forêt domaniale de Monclar à part qu’il n’y a pas de forêt ici….un feu a tout brulé en 89, m’a dit jean-Cri mon cousin du lot.

11h30. Voila des batiments et du vert partout, c’est éveillé. je me dit la civilisation de nouveau dans cet endroit perdu. La pelouse en bord de chemin est belle, des chevaux derrière la haie hennissent, l’entrée de la propriété est invitante sans barrière ni cloture ni limites. Mais pas de signe pour me dire que c’est ici. Pas une indication que nous sommes au camping des Cadichons.…A  part que, oui, c’est ici écrit sur la boite aux lettres.

Je suis étonnée d’être déjà là mais avec la journée difficile d’hier, c’est une bonne chose cette facilité aujourd’hui. Je me retourne et cet homme me salue. Les ânes broutent tranquiles un peu plus loin. Ils m’attendent. Je vais à la rencontre de cet homme mais ce n’est pas un sourire qui m’acceuille  c’est une belle engueulade!!!! Vous êtes inconciente de vous balader avec des ânes en liberté! Vous êtes dangereuse! Vous ne les gérez pas du tout, ils font ce qu’ils veulent…..pendant plusieurs minutes je suis sonnée, incapable de répondre. Lui il continue sa virulante attaque, rien ne l’arrête. Montrez moi qu’ils vous écoutent il demande. Je les appelle, tu parles, ils sont bien à brouter sa  pelouse, ils ne me regardent même pas. Ah les salauds! Il me fait un sourire narquois et il reprend de plus belle. Quand finalement il semble avoir fini je lui dit qu’il est très intéressant et j’aimerai l’écouter encore, que je ne connais pas tout de mes ânes et que toute information succeptible de m’apprendre quelque chose sur eux m’intéresse. Je lui souris. Du coup il se calme et nous parlons d’autre chose. Nous allons même devenir amis.

Ils ont des yourtes cachées derrière des haies, de vraies yourtes de Mongolie à proposer aux vacanciers amoureux ou désireux de découvrir la nature avec leurs enfants ou petits enfants. Leurs 6 grands ânes sont à louer pour des balades en boucle dans la région, de un à plusieurs jours…Lui et son épouse apprennent aux parents et grand-parents  le  comment prendre soin d’un âne, leur prépare des cartes de marche bien claires, leur proposent des gites ou camping ou se poser pour la nuit, organisent tout pour eux. Leurs ânes aiment partir en randonnée me dit Jean Pierre.

Il  me montre le champ plus loin pour les miens et on y va avec Bijou et Bichette. Ce sera ma 1ere nuit hors de leur compagnie. C’est Jean Pierre qui me dit que c’est une bonne ideé pour eux  d’être un peu seuls ensemble et de savoir qu’au matin je serais de retour. Du coup je sais ou je vais monter ma tente…A l’ombre sous les pruniers sauvages là bas. Je téléphone à Geoff et je vais m’allonger sous un arbre.

Rien ici qui fait penser à un camping, on ne voit que des haies sauvages autour d’espaces verts comme des labyrintes, tout est impeccable, ils ont pensé à tout, tout fait eux-même, les douches et toilettes sont planquées dans une petite grange en pierre, c’est plein de détails bien pensé. Du coup je vais prendre une douche sans serviette ni savon. Pour me raffraichir et me détendre.  Attendre Geoff les après midi seront les moments les plus difficiles de ses 10 jours. Je n’ai rien a mettre sur l’herbe pour m’allonger et faire un somme, je ne peux pas prendre une vraie douche, j’ai oublié de prendre de la lecture, seulement attendre, attendre plusieurs heures en croissant les doigts que Geoff trouve la route, que rien ne lui arrive en chemin….

Et quand il arrive avec Tina c’est souvent le drame. Aujourd’hui le GPS les a fait passer par le même route que moi de Cabrerêts mais un énorme engin, de ceux pour refaire les routes, barre la leur et il doivent rebrousser chemin et passer par une piste pour chevaux avec des rochers énormes et des trous à éviter à tout prix. Ils ont mit des heures à arriver ici. Il est furieux. Tina est très inquiète pour lui. Entre temps j’ai rencontré Dominique, la femme de Jean Pierre et qui elle est responsable de leur  ânes et chevaux depuis 20 ans. Elle vient voir Bichette et cette grosseur à l’intérieur de la cuisse droite. Elle pense que c’est un sarcoide, un virus assez commun chez les équins mais pas dangereux me dit elle. Elle observe que Bijou a lui une hernie ombilicale. Je dois faire venir le vétérinaire en rentrant me dit-elle pour vérifier tout ça et les soigner. Elle me donne ses remèdes, qu’elle fait elle même:

Pour le sarcoide de bichette- Argile mélangé à de la teinture mère de Thuya +1 à 2ml d’huile esentielle de cannelle +1 à 2ml d’huile essentielle de giroffle

Contre les mouches plates elle achète du“Butox Pour On” qu’elle leur met sur la colonne vertébrale. Seulement ce produit ne s’achète plus en pharmacie sans ordonnance vétérinaire.

Un autre produit pour les mouches plates est la Versatrine qui est plus cher que le Butox mais la molécule active, le deltamétrine est la même que le Butox

Pour Bijou qui se grate beaucoup en créant des petites plaques sans poils, elle recommande dans un flacon de 30ml d’alcool( de prune par example) 2 ou 3 ml d’huile essentielle de Tea Tree et de Palma Rosa.

Tina avait l’intention de rester camper avec moi ce soir , oh plaisir! et de rentrer avec Yves qui sera la demain matin pour déposer Monique à 8h. Monique, qui va passer une journée avec moi. Mais Tina ne va pas rester, elle est trop soucieuse pour Geoff qui ne gère pas du tout cette logistique qui lui a été imposée par défaut. Récupérer mes affaires, les emporter et me les emmener avec un repas pour le soir et mon  déjeuner du lendemain, me retrouver par ses routes perdues dans ses endroits paumés…. est tout simplement trop difficile pour lui et il est dans tous ses états. Il n’a rien le temps de faire a la ferme et il est stressé à s’en faire péter les plombs. Je me promet de ne pas refaire un tel projet. Plus tard Geoff me demandera, alors tu fais quoi pour tes 70 ans? Ha!  Ha!

Jean Pierre et Dominique m’ont préparé des cartes individuelles pour les 4 prochains jours . Mon itinéraire a changée pour plus de facilité et me faire arriver à ma prochaine étape moins fatiguée. Ils m’ont même rajouté une étape de plus à Ussac, pour m’éviter de marcher 26 kms avec la chaleur. Je leur suis très reconnaissante. Les 18€ que je paye pour ma nuit est un prix ridicule pour le service que je reçois ici.

Vendredi 9 Juin -12.5km– Les Cadichons Bouygues/Gite de Galance Marcilhac

https://www.google.fr/maps/place/Gite+de+Galance/@44.5538261,1.774715,11.7z/data=!4m5!3

8h10- yves et Monique sont là. Ma petite tente de chez Liddl est cassée….pas vraiment inutilisable mais impossible de la replier dans son sac. Yves la remmène chez nous avec les autre de mes  affaires qu’il donnera a Geoff pour ce soir. J’ai dit à Geoff que j’utiliserais la bache des ânes qui est une option tout à fait convenable mais il ira à Montauban m’en chercher une autre chez Décathlon et ce soir je dormirais bien sans mouche ni moustique. Merci Geoff.

je vais chercher les ânes et avant de partir Dominique soulève leurs pieds et me montre le travail à faire par le maréchal ferrant pour rectifier l’angle de leurs sabots. Je ne regarde presque jamais leurs sabots. Elle me montre comment les soulever pour que l’âne accepte d’avoir les pieds manipulés. Merci Dominique.

On part. Des petites routes de campagne tout d’abord, la campagne profonde du Lot que Monique aime tant, où elle est née. Nous sommes joyeuses. Sous l’influence de Jean Pierre, J’ai Bijou en longe pour les  premières 20 minutes pour aucune autre raison que d’accepter de marcher sans brouter même si Bichette est libre derrière nous. Il rale un peu, se rebute, mais je tient bon. Normalement sur ces toutes petites routes ils sont libres tous les deux. On avance doucemement, surtout ne pas se fâcher, ne pas perdre patience. 1/4h après il accepte enfin, il marche bien. Au bout des 20 minutes je le lache, il retrouve la Bichette qui est en chaleur et qui lui offre ses fesses. Il la monte sous les yeux ahuris de Monique. Monter la Bichette est d’une parfaite civilité. Pas d’agressivite chez  Bijou qui est castré mais qui de toute façon est un âne très doux. La tendresse de mes ânes je l’observe si souvent. Durant nos 10 jour ensemble, Bichette sera “servie” souvent, dans les chemins et sur les routes du Lot.

Au detour du chemin à Aynac, nous cotoyons une ferme avec des dizaines de brebis, les ânes s’arrêtent et les animaux se regardent. Une vieille femme apparait derrière son mur, étonnée par nos ânes non batés. Non ils n’ont pas encore appris, j’explique. Dire les choses simplement, les gens entendent. on se sourit, on repart.

Nous laissons la route à droite qui part sur Limognes et nous continuons direction Marcilhac par la Combe Nègre. Le Célé n’est pas loin. A un croisement de chemins ,on s’assoit sur un arbre tombé, on déjeune. Quelle direction prendre? L’option n’est pas franche. On bavarde, on ne prend pas garde, on prend le chemin qui monte à gauche, et cette rivière à main droite nous semble bien grande et pas vraiment marquée sur notre carte….on continue à longer l’eau de très près et sur un chemin très très étroit et sombre, il faut baisser la tête souvent, pas vraiment pour les ânes, surement pas pour des chevaux, plein de mousse acrochée aux squelettes des arbres, sans penser une seconde, idiote de moi, que c’est bien le Célé ici à ma droite, et que je nous ai plantées. On va dans  la direction opposée! On aurait du partir sur la droite et traverser le Célé au niveau du village de Monteils, et puis le longer ensuite sur la rive droite jusqu’a Marcilhac mais  ça, on ne le sais pas encore, on continue, les ânes hésitent souvent sur ce petit sentier difficile mais nous suivent. Monique appelle ce chemin, le chemin de sel, et puis on aboutit à une route et puis un pont en pierre, Dieu que cette region est belle avec toutes ses pierres….et un panneau: Sauliac-sur-Célé! Nous avons raté un carrefour.

Refaire chemin arrière n’est pas une option. Opter pour le GR qui grimpe au dessus de Sauliac et domine la vallee du Célé, peut-être? Nous montons à Sauliac et cherchons le GR, celui que j’avais marqué sur ma carte quand je préparais mon aventure. Après bien des hésitations et sans trouver ce GR,  nous redescendons  prendre la route qui nous mènera à Marcilhac. Le facteur nous indique comment y acceder par un raccourci. Marcher sur le goudron nous repose les pieds. Il fait frais, pourquoi pas. Nous avons perdu 2 heures mais il n’y a pas le feu .

Sur le bord du chemin un peu en retrait de la route on s’arrête pour boire un coup. Je me découvre 2 tics que j’arrache, j’ose pas enlever mes chaussures, j’ai des empoules pourtant…Contre les ampoules il faut mettre 2 paires de soquettes m’avait dit Tina. Monique ne perd pas de temps, elle appelle Yves pour qu’il m’apporte des chaussettes ce soir. Pas de soleil aujourd’hui, un ciel bas, et pour marcher c’est ideal. On continue. On arrive à Marcilhac. On ne visitera pas l’abbaye bénédictine du XI siècle et qui pourtant en vaudrait la peine avec sa connection avec l’abbaye de Conques. Pas étonnant que des pèlerins passent ici depuis plusieurs siècles. Je ne suis pas praticante, je ne trouve rien chez les cathos qui puisse me nourir l’âme et pourtant ces chef-d’oeuvres d’achitecture me fascinent. On y est si bien dedans… Pas de regret, nous y  reviendrons.

Au milieu du village une toute petite pancarte à peine visible nous indique notre gite. On remonte une rue, devant la cour de la petite école les enfants crient et accourent en apercevant les ânes. On s’arrête et on bavarde avec la maitresse et les enfants. Certains ont eux aussi des ânes, les notres ont droit à plein de caresses qu’ils acceptent sans sourciller. On continue à remonter la ruelle. Le gite de Galance est un beau gite tout neuf et moderne. A l’entrée une petite chapelle discrète. L’acceuil que nous recevrons sera de 1ère qualité. Jean a préparé un enclos électrifié pour les ânes qui on compris maintenant et ne s’approchent pas de la clôture. Ma 2eme photo depuis le départ: Les ânes, ma tente et la chaine de rochers derrière. Magnifique.

On découvre un élément majeur qui contribue à l’appréciation de cette région: il n’y a pas de panneau publicitaires du tout puisque nous sommes dans un parc regional…, quelle paix pour les yeux, le coeur, la tête…

Avec les pieds enfin dans un basin d’eau froide javélisé, nous allons bavarder avec Véronique, la femme de Jean pendant plusieurs heures en attendant Geoff, Tina et Yves qui rentreront avec Monique. Ce gite était le rêve de Jean et Véronique et il a été dessiné par un architecte des batiments de France. C’est sobre, élégant, pratique, et spacieux. Bravo les amis. Avec leur convivialité exemplaire, c’est un endroit populaire où ils acceuillent aussi des jeunes en déroute. Jean et Véronique ainsi que leurs 6 enfants ont tous été randonneurs et le petit basin javelisé pour les pieds en est une preuve directe. Ils ont vraiment bien réffléchi à toutes ces petites choses qu’ils offrent et qui sont si réconfortantes quand on est un randonneur fatigué. Monique parle de revenir demain matin. Je lui dis non, repose toi.

Samedi 10 juin – 14kms – Gite de Galance Marcilhac/camping du vieux Moulin Brengues

https://www.google.fr/maps/place/Camping+le+Moulin+Vieux/@44.5865488,1.8387489,11.46z/data=!4m5!3m4!1s0x12acf0f6638db0c9:0x76a975d27c15473e!8m2!3d44.586545!4d1.840943

A 8h Monique est là avec Yves. Son pied n’est pas si mal et elle a tellement aimé hier, elle est revenue. Je suis heureuse d’avoir sa compagnie. Ils m’aide à tout ranger. Yves va visiter la région pendant que nous marcherons. Il est vraiment sympa.

Du soleil, la journée promet d’être chaude, nous montons, suivons le GR 651, jusqu’au plateau, petits sentiers étroits, beaucoup de taons, des gariottes souvent, ces petits batiments en pierre ronds juste assez grand pour se protéger de la pluie et dormir quand on est berger dans ses hauteurs. Un homme nous fait visiter sa gariotte quand on s’arrête chez lui pour déjeuner, il y tout à l’intérieur pour y vivre quelques jours, il est chasseur, Monique s’extasie. Il a 60 hectares la haut dans les garigues nous dit-il. On domine le Célé. Et puis on redescend sur St Sulpice, un village litérallement accroché à la roche avec 100m avant ces maison troglodytes étonnantes, comme nées du rocher tels des champignons. A l’église on re-rempli les bouteilles d’eau. On remonte. Direction Brengues, pas de route aujourd’hui à part quand on traversera Brengues. Il fait très chaud. Le GR est vraiment bien indiqué, pas possible de se perdre comme hier. On rencontre deux femmes qui marchent comme nous, mais dans le sens inverse et dont les maris font le relais des affaires, comme Yves et Geoff. On croise aussi un groupe de jeunes gens avec leur joli chien qui porte ses 2 saccoches sur le dos avec son eau et ses croquettes.

A Brengues Monique appelle Yves et lui donne rendez-vous à 16h30 au Camping du Vieux Moulin, 2 kms après Brengues sur la route de Fijac. Ces derniers  kms se feront sur la route ombragée, le long du Célé.  Jean Pierre des Cadichons m’avait proposé de nous arrêter au camping municipal qui est plus sur mon itinéraire, mais j’opte pour ce camping privé un peu en dehors de mon circuit, J’ai besoin d’organiser le transport de mes affaires par une societé spécialisée pour les randonneurs et donner ainsi à Geoff une pose. Au Vieux Moulin j’ai plus de chance d’être aidée. J’ai eu raison. L’acceuil est chaleureux, vraiment sympatique. Yves et Elisabeth originaire de la région parisienne, on repris ce camping abandonné en 2011 , et en ont fait une merveille de convivialité et de détente. Il s’étend loin le long du Célé à la fraicheur de grands platanes. La piscine est juste devant le bar-restaurant avec des jeunes qui s’éclaboussent et rient, il y a tout et le meilleur pour les vacanciers.

Yves m’offre de me servir du téléphone dans son bureau pour appeler Geoff et organiser le transit de mes baggages. Mon portable n’a plus de jus. En fait le prix demandé pour le transfert de mes affaires ne justifie pas le service et en fin de compte ils refusent de m’aider me disant que je suis à contre-courant des randonneurs sur le chemin de Compostelle. Yves et Elisabeth lèvent les yeux aux ciel exaspérés. Geoff devra venir demain, tant pis. Yves et Monique m’aident à me préparer pour la nuit, faire une clôture pour mes amis, aller leur chercher de l’eau. On prend des photos, on s’embrasse, on se remercie et ils s’en retournent. Monique doit reposer son pied. Il y a quelques années de cela elle s’est défoncé le talon droit en tombant d’une échelle. Depuis les réveils sont pénibles. Elle est courageuse.

Une fois partis et mon camp installé, je part prendre un repas au restaurant du camping à 200m de mon installation. Je demande à ces 2 campeuses à 20 metres plus loin de garder un oeil sur mes ânes, mais je n’ai aucun doute cette fois qu’ils resteront dans leur enclos où il y a de l’eau, de l’herbe et de l’ombre. Au restaurant J’y retrouve un couple de marcheurs Bretons sympas , on nous offre le repas du randonneur, un menu surprise nous dit Yves avec un clin d’oeil. J’ai faim. Un repas très copieux pour 17 euros , 5 plats, du rosé, de l’humour, de la gentillesse, je suis ravie. Quand je quite l’endroit il est plein de jeunes et moins jeunes au bar, d’amis et d’amis d’amis….bruyant, vivant.

Dimanche 11 juin- 15kms– Camping du Vieux Moulin Brengues/Camping Pech Ibert Beduer

https://www.google.fr/maps/place/Camping+Pech+Ibert***/@44.5788715,1.9443056,15z/data=!4m5!3m4!1s0x12ad1ba44d0f63f5:0x9b3c571b144914f9!8m2!3d44.577836!4d1.936672

5h30 je me lève avec la rosée et une brume épaisse. Je démonte et range, les ânes partent brouter plus loin dès que leur clôture est par terre. Et puis ils repèrent le chien du propriétaire au loin qui rentre avec son maitre de leur balade matinale alors ils partent en courant. Merde, Je ne peux pas les appeler au risque de réveiller les autres campeurs. Je pars les chercher, et attache Bijou à un arbre le temps de finir les préparatifs de départ. A peine quelques minutes et il se prend les pates dans la corde et s’écroule. Je je démèle doucement et le détache. Il semble avoir compris, il reste là.

7h30, on s’en va. La route est faîche et vide le long du Célé. On passe un pont en pierre à gauche après le carefour, laisse la rive droite du Célé  et on file sur Merlet, un petit village endormi ou je ne vais pas réussir facilement à trouver mon chemin. En effet il passe entre deux belles bâtisses où l’un des propriétaires a tondu et qui ressemble plus à l’entrée d’un joli jardin plutôt qu’au début d’un chemin. Au bout de 20 minutes à monter et descendre les ruelles sans rien trouver Je demande à quelqu’un de venir à mon aide.

Bon, on y est . Très vite j’ai de l’herbe jusqu’ à la taille et je traverse des sous-bois ou personne encore cette année n’a marché. Le chemin sur 2 ou 3 kms est à peine visible. Puis il s’ouvre, s’empierre et monte dur. A un Y, je  prend à gauche, Bichette prend à droite. Elle reviendra sur ses pas à contre-coeur pour me suivre. 100m plus bas j’ai des doutes  et repars en arrière. Merci papa de me donner la sagesse de douter de mes choix.  Je scrute ma carte, Bichette avait raison. Nous somme sur une piste équestre avec très peu d’indication quant à la bonne direction. Savoir déchifrer une carte est un art que je je gère pas très bien. Quel bonheur quand les fermes que je vois ici et là correspondent à ces petits points noirs sur mes cartes.

On monte, on est maintenant sur un plateau avec des champs de blé partout, c’est valonné c’est ouvert, c’est tellement beau. On redescent, on prend une communale pendant plusieurs centaines de mètres et on retrouve la piste équestre. A 3 kms de Béduer, des dizaines de VTT dévalent notre chemin, j’ai à peine le temps de retenir les ânes qui paniquent. Quelques cyclistes se plaignent, d’autres s’en foutent, un groupe de femmes randonneurs s’arrête, on bavarde. On pousse les ânes sur le coté, on laisse passer ce torrent de couleurs et de testosterones, on continue. Plus bas ça recommence à nouveau mais en s’égrenant, un puis un autre puis d’autres encore qui dévalent à s’en fracasser les os. En arrivant sur Béduer on commence à entendre de la musique. Il y a un festival,  je découvre  la 2eme Bédueroise, un rendez-vous VTT, avec une radio locale et son DG. Et puis au tournant de la route en contre-bas c’est une mare de métal, qui s’affaire…avec des centaines de sportifs. Pour mes ânes cet après-midi sera décisif. Ils n’auront plus peur des vélos. En passant la ligne d’arrivée pour continuer un peu plus haut et acceder au camping, les ânes sont filmés par une journaliste. Ils ne voudront pas passer sous les boudins gonfflés qui flottent au dessus de la route, on fait un detour. Partout sur l’herbe, sous les arbres sur plusieurs hectares il y a des familles entières venues soutenir leur sportif de fils ou de mari qui déjeunent et font des siestes.

13h20 nous passons le portail du camping. Jean Paul vient à ma rencontre. Vous êtes Martine? Oui. Vous êtes célèbre! Ah bon? Sourire amical, il me dirige vers l’enclos pour Bijou et Bichette, il y a de l’eau, il me prette son portable et j’appelle Geoff. Jean Paul m’emmene ensuite au bar. Sa famille est en train de préparer le repas familial, une grande famille, avec les enfants qui trainent pieds nus entre les adultes, des bonnes odeurs de viandes grillées, de melon, la table est mise sur la terrace, tout le monde s’affaire, je bois un grand verre d’eau fraiche et puis un autre , et un autre encore. Il y a un vieux randonneur qui vient d’arriver et qui boit une bierre. Jean Paul fait une blague à son petit fils. Ce grand mec bien solide et jovial est une montagne de tendresse. Vos ânes sont des ânes de luxe il me dit quand je lui fait remarquer qu’ils n’ont pas bu l’eau de leur enclos. Il va leur chercher un grand seau qu’il rempli devant moi. Elle doit être trop chaude iI ajoute.

17h- j’ai mal dormi dans un fauteuil en plastic derrière une roulotte quand Geoff et Pauline arrivent. Geoff ne reste pas, il décharge mes affaires et le repas de ce soir, on va boire un verre au bar, faire le point et il repart. J’ai vu une piscine et j’ai mon maillot.mmmmmm. Quand nos tentes sont montées je vais me plonger dans l’eau fraiche. C’est di-vin. Une jeune allemande me rejoint, on bavarde. Pauline est partie prendre une douche . Elle était partie de Paris ce matin, arrivée à Caussade à 2h15, elle est fatiguée. Avec la transpiration j’ai très mal là où ma culotte frotte entre mes cuisses. Pauline me donne un tube de Vaseline et je ne porterais plus de culotte. Je suis comme un bébé avec les fesses rouges. Quelle douleur. La Vaseline me fait du bien. Geoff nous a fait un curry au poulet, on se régale. Je vais payer notre nuit et les 2 sandwiches que j’ai commandé pour demain.  A 9h on est couchées.

Lundi 12 juin – 12 kms–  Camping Pech Ibert Béduer/ Ussac

Ussachttps://www.google.fr/maps/@44.5550297,1.767114,17z

6h45 On est en route. Une journée sans soleil et Dieu que c’est agréable. On marchera bien. Des chemins relativement faciles sur le GR 65. On traverse Gréalou où on trouve un cerisier à cerises jaunes sur le bord de la route. On s’en met une ventrée et je garde quelque noyaux pour les planter plus tard à Balthazard. Les ânes les apprécient aussi. Un peu plus loin on rencontre un couple avec 2 jolis settlers joyeux. Ils les tiennent bien et les ânes les reniflent amicalement. On bavarde, Pauline me dit de tenir mes ânes, je l’ignore, ça l’énerve et elle s’en va marcher devant.

On repart. Quand les ânes sont un peu trop loin derrière je les appelle et s’ils arrivent en courant je les remercie toujours . “good boy!”, “good girl!”. Ils sont mes enfants, mes amis, mes compagnons de voyage. Pauline me dit que j’en fait trop avec eux. La haut, le GR65 nous emmene sur des plateaux. Des dolmens sont indiqués. Rencontre avec un couple de randonneurs, bavardage, on se perd un peu quand il nous faut quitter le GR pour prendre direction Ussac. Jean Pierre m’avait signalé les  coquilles St Jacques, suivre des coquilles St Jacques sur à peu près 2 kms m’a t’il dit. Les propriétaires du gites de Ussac Dominique et Sylvie en ont mit tout le long de ce chemin de chêvres pour aider les pèlerins à arriver chez eux. Sylvie m’a demandé de ne pas arriver avant 4h30. Sur le plateau on s’arrête 2 heures pour manger et attendre l’heure dite. Nous sommes arrivées  au point le plus élevé du coin. Il y a 2 chaises, une sorte de table  et un téléphone dessus avec un message sous plastique . A partir d’ici plus de réseau donc plus de portable. Les anes broutent tranquiles. Pauline va manger puis bouquiner et dormir dans la bruyère. La vue sur la vallée est belle avec un grand ciel. Ca ressemble aux Pyrénnées avec une herbe rare et des petits buissons au ras du sol. Pauline m’a preté le bouquin de Sylvain Tesson, parti vivre seul au bord du lac Baikal en Sibérie pour 6 mois. Il résonne bien pour moi. Je suis heureuse d’avoir un truc sympa à lire. Merci Pauline. Bijou me colle espérant que je lui chasse ses mouches. Je le fais toujours.  Pauvre Bijou.

On descend sur Ussac. Sur notre passage des messages marrants: tu n’est pas responsable de ton visage mais tu es responsable de la gueule que tu fais.  Il y a toutes sortes de sculptures étonnantes ici et la, faites de troncs d’arbres qui nous accompagnent comme des sourires le long de ce petit sentier.

16h On arrive à Ussac, juste quelques jolies maisons dans un cul de sac. A côté du panneau vous êtes arrivés on se met dans les fauteuils. J’ai mis les ânes dans un pré attenant à la maison . Quelques minutes et cet homme se montre, il est très mécontent, nous demande ce que l’on fait chez lui. Je devine qu’il est Dominique. Quand je lui dit que nous allons passer la nuit ici, il me dit certainement pas. Je lui parle de ma conversation avec Sylvie son épouse et il me dit qu’elle m’a envoyé un texto pour décommander mon passage. Je lui dit que mon portable n’a plus de jus et que je n’ai pas vu son texto. Il est si désagréable que je lui dit qu’on s’en va, que ce n’est pas mon intention de le gêner. Il se radoucit mais il me demande pête-sec de sortir mes ânes du pré. Leur pré est plus haut, il me le montre du doigt. J’y monte avec les ânes.

Toutes les quelques maisons sont habitées avec des jardins plein de légumes partout. On sent la vie d’une petite communauté soudée. On va attendre Geoff au sortir du hameau. Dominique passera plusieurs fois avec son tracteur et nous dira de nous remettre dans les fauteuils. On dira non. Au téléphone j’avais dis à Sylvie que je n’avais besoin que d’un champ, rien d’autre. Bien qu’elle est été réticente elle m’avait dit oui ok. Quand il nous voit monter les tentes dans l’enclos des ânes il viendra nous inviter à les monter près de la maison et des sanitaires, on refusera. Geoff va apporter du foin et de l’eau pour les ânes , notre repas, on a besoin de rien. Il va aussi apporté du Butox pour les ânes qui sont couvert de mouches plates entre les cuisses et qui sont en train de devenir fous. Je prépare un mélange et je les badigeonne, ils se calment instantanément.

Pauline s’énerve à monter sa tente. Quand j’ai fini avec la mienne, je l’aide avec la sienne avant de fixer la mienne au sol. C’est une super tente plus sophistiquée que la mienne mais pas une qu’on veut démonter et remonter tous les jours…pareil avec le matelas qu’il faut gonfler à la bouche. Elle ne veut pas que je mette ma tente à coté de la sienne parce que je ronfle me dit elle. Le bruit en général la dérange. Elle souffre. Mais de quoi, elle n’en parle pas. Je ne me sens pas concernée et je ne veux pas porter sa soufrance. Je reste légère, tout va bien.

Mardi 13 juin- 13km – Ussac /Mas de Gantille St Jean de Laur.

https://www.google.fr/maps/place/Mas+de+Jantille,+46260+Saint-Jean-de-Laur/@44.4815778,1.7759059,11z/data=!4m5!3m4!1s0x12ad01d6a2cc3dcf:0x2ce0973e06f79e9f!8m2!3d44.427537!4d1.

6h45 nous sommes sur la route. Ce sera une journée très très chaude. Les chemins s’élargissent, s’aplanissent. Nous avons une averse de 5mn. Les ânes baissent les oreilles, Pauline se couvre de sa cape, moi je regarde le ciel et boit cette pluie divine. Direction Cajarc. Une jolie route facile et puis le GR. On continue. Juste à l’entrée de Cajar, je demande à Pauline de me prendre Bichette en longe, elle refuse.

Avec Bijou et Bichette à mes cotés, on traverse cette ville bien vivante. Après toute cette grande campagne silencieuse c’est un choc de tous les sens. Quelle activité! Une vraie fourmillère. On traverse des passages cloutés, on cherche le GR qui se tortille et qu’on devine se faufilant dans des ruelles étroites et à sens unique. Je suis sûre que ce serait sympa de pouvoir y jeter un oeil, mais ce n’est pas pour nous. Les ânes n’ont pas l’air convaincu du tout. Une personne sort d’un restaurant et m’offre un sac de pain sec pour les ânes. Je la remercie de son attention mais je lui dit que le pain sec n’est vraiment pas bon pour les ânes. Elle comprend ,me sourit et répond à ma question. Oui, on peut reprendre le GR un peu plus haut, la 1ere rue à droite.

On bifurque sur la droite, puis à gauche, on cotoie la piscine pleine d’enfants bruyants, on quite Cajarc et retrouve le GR qui longe la nationale au loin au pied de la falaise.  Des  champs de maïs,  beaucoup de noyers. On traverse une zone industrielle et puis un pont sur le Lot. On monte et on monte encore. Que c’est beau…partout des hameaux silencieux, quelques cerisiers nous tentent, des pruniers sauvages à prunes rouges acides que les anes aiment. Près de St Jean de Laur un seul randonneur qui dégouline de sueur. Il est allemand. Aucune possibilité de conversation. On le retrouvera ½ heure plus tard au gite où il viendra boire avant de continuer.

1h30- Colette et Roger nous acceuilleront très gentiment dans leur gite avec une grande carafe d’eau fraiche et des glacons. Ils sont alsaciens et parlent allemand et anglais en plus du français. Ils sont là depuis 2011. Leur gite est propre et frais, on laisse les chaussures à l’entrée, une grande salle à manger- cuisine et un coin épicerie avec une liste des prix et une boite en fer blanc pour y mettre les sous. On peut donc faire quelques achats et cuisiner soi-même. Colette nous dit que Roger est allergique aux équins. Il ne doit pas les toucher ou marcher dans leur crotin. Ele préparera notre petit déjeuner ce soir, le seul repas qu’elle propose aux marcheurs. Ils ont préparé un enclos pour les ânes avec de l’eau mais elle n’est pas électrifiée et Bichette suivi de Bijou, aura vite fait de passer dessous pour aller brouter plus loin , la où il y a plus d’ombre. Nous on va vite prendre une douche. On a trouvé du savon-douche laissé par d’autres et nous en profitons. Quel Bonheur….De la salle de bain j’ai vu l’enclos vide. Merde. Mais non, ils sont juste quelques mètres plus loin. Ouf. Je vais mettre la petite table de jardin près des ânes pour qu’ils ne soient pas tentés de s’aventurer plus loin et je m’assied avec mon livre. Si je reste la, les ânes resteront eux aussi,et quand Geoff arrivera, je consoliderais cette clôture avec mes cordes.

Colette et Roger me rejoignent souriant, apportant leurs chaises, Pauline arrive aussi et on nous sert un apéritif délicieux, nous bavardons, nous payons pour notre nuit et notre petit dejeuner et on attend Geoff ensemble qui ne devrait pas être loin. Roger a planté de la souboude, je vais voir si les ânes ne la détruise pas, mais non, elle ne semble pas les intéresser. Quand Geoff arrive, je file chercher les affaires . Roger a demandé à Pauline de rester avec les ânes. Elle est furieuse et dès que je reviens avec mes affaires elle rentre au gite sans un mot. On ne la verra plus de la soirée. Geoff nous a fait un délicieux chili con carne, et nous mangeons ensemble dans cette pièce fraiche. Je laisse une assiette pleine sur la table pour Pauline au cas ou elle descendrait plus tard. Un jeune couple américain est là, ils ont payé pour pouvoir se faire de la cuisine et puis ils s’en vont faire du camping sauvage. Ils n’ont pas beaucoup de sous.

Geoff rentre à Balthazard et je vais me coucher. Ma tente est dans l’enclôs des ânes, j’ai consolidé la clôture et ils sont maintenant à l’intérieur. 

Mercredi 13 juin- 13kms– Mas de Gantille  St jean de Laur/ Varaire

https://www.google.fr/maps/place/46260+Varaire/@44.3792558,1.677056,11z/data=!4m5!3m4!1s0x12ac5639ff817273:0x406f69c2f3fbcc0!8m2!3d44.357473!4d1.723886

5h30 Pauline me réveille. La météo de Geoff disait une journée ancore plus chaude aujourd’hui…

6h45 Après le petit déjeuner de Colette que je voulais gouter, on file. Des petites routes suivies de chemins et puis des routes et des chemins, et dans les bois souvent.  La fatigue accumulée  jour après jour, nous met à nu, disent ils, ceux qui font le chemin de Compostelle. 9 jours pour moi déjà, et je ne garde que l’essentiel, je garde cette faculté d’être émue par cette nature sauvage dans ses plus petits details, émue par mes anes qui ont tant appris, émue par ces rencontres de gens extraordinaires de gentillesse et de générosite. Plus tard, après être rentrée, je serais étonnée par l’absence de pensées dans ma tête pendant ces 10 jours. Il n’y avait rien dans ma tête je réaliserai . Seulement marcher, mettre un pas devant l’autre, avancer, ne pas trébucher, ne pas se tordre une cheville, vérifier que les ânes suivent . Un repos complet pour la matière grise. Je suis revenue si décontractée et reposée que tout le travail qui m’attendra à balthazard ne me stressera pas. Et du travail il y en aura! Beaucoup de mon jardin sera mort ou presque avec le manque d’arrosage, et l’herbe partout m’arrivera à la taille. Mais je serai zen sans me forcer. Pour moi ce sera une première. Ils disent si tu vas mal,marche. Si tu vas bien, marche. Si tu as besoin d’aide, marche. Si tu as besoin de repos, marche. Si tu as besoin de réflechir, marche. En effet quand la tête se vide, il y a soudain de la place pour l’inimaginable…. Je peux imaginer une vie de pèlerin sereine.

En traversant Limognes en Quercy les anes s’arrêtent devant un café. Ils observent tout, ils ne semblent pas pressés de repartir du tout. Ils sont vraiment curieux de tout. Des touristes les photographient, d’autres les caressent, quelques questions, j’attend qu’ils se décident. Pauline est loin devant je ne la vois plus. De Limogne à Varaire autant de route que de chemins de forêt, mais rien de bien difficile. On est rodé.

3h- On arrive à Varaire, Pauline a repéré un gite et espère pouvoir y dormir.  Au centre du village on s’installe sur un banc sous les platanes, chaque âne attaché à un des accoudoirs, le restaurant des maronniers derrière nous où je vais remplir leur seau. Bijou boit beaucoup, Bichette rien du tout étonnament. L’herbe verte le long des chemins est suffisante en eau et ils se passent de boire facilement dans la journée et le soir ils ne se précipitent pas sur l’eau même avec ces grosses chaleurs que nous avons connues. J’en ai eu la certitude ces deux derniers jours quand j’ai emporté un seau vide attaché à mon sac à dos pour les faire boire si on rencontrait un ruisseau ou une autre source d’eau. Et comme Bijou venait souvent mettre le nez dans le seau, je pensais donc qu’il avait soif, mais quand je lui en offrais il n’en buvait jamais. Et puis j’ai compris: A la ferme, quand on a des friandises à leur donner, carrottes, pommes, laitue…c’est toujours dans un seau qu’on leur donne…..le nez dans le seau c’est tout simplement pour vérifier au cas où il y aurait quelque chose pour lui. Malin!

Maintenant de chaque côté du banc, ils sont immobiles, endormis. Devant  nous et de l’autre côté de la rue, le très beau lavoir de Varaire en contre-bas, vestige romain. Pauline est partie nous chercher une boisson. On appelle Geoff et on l’attend là. Qu’il fait bon. Et puis Pauline m’accuse, cette fois c’est violent, de faire passer les ânes avant elle. Je l’écoute me dire que je n’écoute rien, que je la traite comme de la merde.

Geoff arrive et je monte  avec lui repérer ce champ derrière la mairie  qui m’a été proposé pour ce soir par le maire en Novembre dernier. Nous redescendons chercher les ânes et mes affaires et je monte mon camp. Quand je retrouve Pauline sur le banc je lui dis que je ne veux pas marcher demain avec elle, pour mon dernier jour. Que c’est vrai, les ânes passent avant elle, comme ils sont passés avant Tina et Monique. Mais pour Tina et Monique c’était une évidence, le but de mes 10 jours….pas un problème. La douleur de Pauline n’a rien à voir avec moi, elle rentrera avec Geoff et décidera ce qu’elle veut faire ensuite, peut-être rentrer sur Paris demain.

Ils s’en vont et Je rentre dans le restaurant pour me faire faire un sandwich pour ce soir. Une femme charmante m’envoie à la boulangerie d’en face chercher une demie baguette et elle me la rempli de laitue, oeuf, poulet et fromage. Je paye 5€ pour un truc énorme!!! Je monte à mon campement plus haut dans le village et je me prépare pour ma soirée. J’ai un bon bouquin , 4 heures pour lire avant la tombée de la nuit et un bon truc à manger. Que du plaisir. A part qu’il semblerait que l’endroit choisi ce soir à la droite de la salle des fêtes ne soit pas celui dont le maire parlait. En effet celui-ci n’est pas derrière la salle des fêtes mais sur le côté. Il a une haie épaisse sur 2 côtés, et un mur en pierre sur les 2 autres dont un petit portail en fer blanc habillé de ronces donnant sur la route. Avec 5 mètres d’ouverture côté salle des fêtes que j’ai clôturé je le trouvais parfait. Au milieu il y a une table en pin de celle que l’on trouve dans les parcs avec les bancs joints…mais serait-il privé comme le pense la femme du retaurant? Du coup je vais mettre ma tente contre un des murs et sous un gros frêne, loin des regards. Je suis hors vue. Je m’enferme dans ma tente pour me protéger des mouches et des taons et je bouquine. Il y fait très chaud mais je suis bien. Les ânes ont l’air bien aussi. J’entend des gens s’arrêter de temps en temps et discuter, prendre des photos de mes amis. Là où je suis planquée ils ne peuvent pas me voir mais je les entend. Toute la nuit je serais conciente de la vie derrière mon mur avec un mec qui viendra changer les posters dont le tableau est litéralement derrière moi de l’autre coté du mur. Il y a même des amoureux qui viendront se faire des calins….et moi qui pense que peut-être  le propriétaire va venir me virer. Je me sens comme une adolescente qui a fait une bétise.

Jeudi 11 juin- 18,5kms – Varraire/Balthazard

https://www.google.fr/maps/place/Pech+de+Balthazard,+82240+Puylaroque/@44.2703676,1.6245611,13z/data=!4m5!3m4!1s0x12ac5b116ab80445:0x401af4fc2d1604b1!8m2!3d44.2616359!4d1.6243519

6h. Geoff est la comme convenu pour m’aider à tout ranger. Il a oublié mon sandwich. Pas grave. Je l’appellerai à Vaylats, à 6km de la maison,  et il me l’apportera. On part. Les ânes ont du mal à bouger. Ils attendent Geoff qui ne viendra pas. Au centre du village on monte sur la droite, ou je distingue la ligne rouge du GR sur un lampadaire. On quite le village, les anes derrière moi sans longe comme d’hab. De plus en plus souvent dans ces 10 jours ils sont sans longe. Vers la fin de notre voyage ils se mettent sur le côté de la route pour laisser passer les voitures. Bien sur ce ne sont que des communales pour la plupart mais tout de même, c’est un apprentissage réussi. J’ai besoin de leur apprendre droite et gauche, mais cela viendra avec leur carriole plus tard. On suit le GR de Pays de Midi Quercy, et sous Bach, nous prenons direction Vaylats. Je reconnais le chemin pris avec Tina. Nous sommes maintenant en pays connu, le chemin est facile.

9h30 A vaylats je me pose sur un banc en face du monastère et j’appelle Geoff. Il n’arrive pas à croire que je suis déjà là. Les ânes broutent sous les arbres, il fait frais, la pelouse est bien propre. Puis Bichette se couche et fait un somme. Bijou reste debout à côté  d’elle à un mètre du banc. J’aime mes ânes.

10h Geoff est là avec une carotte pour chacun d’eux. J’ai eu ½ heure de repos allongée sur le banc, je suis prête à repartir, j’ai hâte maintenant de rentrer. On ne rencontrera personne sur le chemin du retour. Le long des champs de blé, d’avoine ou d’orge, j’ai compris que si je marche sans m’arrêter quand les ânes décident de manger quelques épis sur le bord d’un champ, très vite ils se remettent en route pour ne pas me perdre. Si au contraire je fait marche arrière pour les sortir du champ, je fais plus de dégats en allant les chercher. Je suis touchée et réconfortée par cette réalité qu’ils ne veulent pas me perdre de vue.

En traversant Belmont St Foi, je quite le GR et je me dirige vers Gardemont, le beau lavoir, on voit la ferme au loin. Allez les ânes ça sent l’écurie! Je choisi un détour par Mazerac pour éviter de se retrouver sur la route Belmont-Puylaroque. En montant le chemin boisé entre le moulin et la maison de Monique et yves, Monique m’a aperçu et elle appelle yves pour me faire la fête. Martine est Là! Martine est Là! J’ai des larmes aux yeux. Elle est rayonnante, Geoff dit qu’elle a 17 ans et pas 69 depuis qu’elle est revenue de ces 2 jours de marche ensemble. C’est vrai qu’on était bien ensemble. Elle m’annonce heureuse qu’elle n’a plus peur de mes ânes. Leur proximité de tous les instants pendant ces 2 jours l’a enchanté. Les ânes ont monté le petit chemin en gambadant en ruant et en pêtant, chose qu’ils font quand ils sont vraiment heureux. Ils vont directement dans leur enclos ou Dini semble perplexe de les voir revenir. Notre bélier ne quitera plus Bijou de la journée.Geoff me disait à quel point il semblait seul. Pauline est au coin de la maison, souriante. Dès que je rentre dans la maison elle me demandera pardon, trop d’émotions diverses me  dit-elle. Moi, je vais m’allonger et jouir de mon bon lit. C’est la fin du voyage. Quel voyage!

Et je repartirai ! mais jamais sans mes ânes.

 

 

 

 

2 réflexions sur “Jamais sans mes ânes

  1. ROQUE

    Salut Martine !
    Revenir à l essentiel de la vie est tellement Simple et si compliqué de nos jours !
    Tu as montré par le biais de ton expérience qu’en s arrêtant un court instant dans notre vie et qu en prenant du recul , nous avons tout à portée de main !
    Un bel exemple a suivre et à méditer ….
    Jerome

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s